Journée Nationale de sensibilisation à la situation dans les prisons - 2 juillet 2010

Journée Nationale de sensibilisation à la situation dans les prisons - 2 juillet 2010

Publié le : 06/04/2010 06 avril avr. 2010
Le 2 juillet 2010 : Organisation par le Barreau de Montpellier de la journée nationale de sensibilisation à la situation dans les prisons et invitation de Monsieur DELARUE, contrôleur général des lieux de privation de liberté.


La prison doit être le lieu de privation de liberté et rien d’autre… Jean-Marie Delarue Contrôleur général des « lieux de privation de liberté » (dont les prisons, hôpitaux psychiatriques, locaux de garde à vue, …) vient de publier un rapport annuel accablant.

Il y dénonce l’hyper sécurisation définie comme une priorité, en particulier dans les établissements pénitentiaires : « Je ne suis pas opposé à la vidéo – surveillance. Mais il faut vraiment dresser des limites comme l’interdiction des caméras dans les cellules, les lieux de soins, les lieux de rencontres avec les avocats ».

Il écrit que « Le contrôleur général s’intéresse certes à l’état des lieux mais encore bien plus à l’état des personnes » et explique que ceux qui passent par la détention, quelqu’en soit la durée, « en sortent rarement autrement que brisés ou révoltés ».

Il dénonce notamment « l’humiliation » infligée « inutilement » aux femmes placées en garde à vue, contraintes de retirer leur soutien-gorge.

Tout en accusant les conditions indignes de détention et de vie dans les vieilles prisons comme celle de Mulhouse, Jean-Marie Delarue pointe du doigt les établissements récents, trop grands, trop sécuritaires et trop inhumains : « On a tout sacrifié à la sécurité au mépris du plus important : le contact humain».

Alors que la réforme actuelle de la carte pénitentiaire qui prévoit 18 très grandes prisons (jusqu’à 700 détenus) pour remplacer une soixantaine de prisons vétustes, le Contrôleur général souhaite la création de petits établissements de 200 places au plus.

Le nombre de suicides en prison permet de déclencher l’alerte rouge : l’état actuel des prisons a-t-il permis de facto le rétablissement de la peine de mort ?

Pour Monsieur le Sénateur Robert BADINTER, abolitionniste de la peine de mort et ancien garde des sceaux, « il faut briser la première des malédictions du monde carcéral : l’OPACITE »

Concernant l’utilité de la sanction pénale il précise :  « ou bien un pays développe une justice d’insertion ou bien il développe une justice d’élimination ».

Lien vers le site www.cglpl.fr

Historique

<< < 1 2 3 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.